Mes lacs Pyrénéens préférés
Pyrénées Pireneo


Mes lacs préférés - My favourite lakes

Les Pyrénées ne manquent pas d'atouts pour prétendre au titre de plus belle montagne d'Europe. La chaine possède en effet les forêts les plus élevées du continent, une exceptionelle variété de climats due à son orientation, ainsi qu'une richesse géologique à laquelle ses massifs les plus caractéristiques doivent énormément.
Si en revanche ses derniers glaciers font piètre figure, face à la Mer de Glace, ils ont jadis légué dans leur fuite le plus beau cadeau que les Pyrénées puissent nous offrir aujourd'hui : les lacs.
Innombrables dans les régions granitiques telles qu'Encantats et Néouvielle, ils sont également présents dans les zones calcaires, sous des aspects plus divers et surprenants.
De la moindre flaque d'eau à la "mer" de Cregueña, des derniers sous-bois aux étendues austères du Lac Glacé, ils nous parlent en reflétant le paysage, chacun avec leur expression. Si les Pyrénées étaient la voute céleste, les lacs Pyrénéens y brilleraient tels les étoiles.
Les Pyrénées fascinent chacun d'entre nous d'une manière précise. Certains sont subjugués par le vertige de ses raideurs Dolomitiques. Certains, plus bas, savourent leur autenticité et leur charme rural. D'autres y vont encore pour le simple plaisir de se retrouver en montagne.
Les lacs excercent sur moi la plus grande admiration, maladie dont les Lochs et autres Lochans de mon séjour en Ecosse ont certainement une grande part de responsabilité. Si l'on me donnait le choix entre réaliser la traversée des Pyrénées d'Est en Ouest, de grimper tous ses 3000m, ou de rendre visite à tous ses lacs, comme l'a fait un certain Louis Audoubert à travers une oeuvre photographique de trois tomes, je choisirais le même challenge.
Cependant, celui auquel je me consacre actuellement marie sommets, exploration, et visite des lacs, que j'essaie toujours d'associer à mes excursions, de la manière la plus productive. Je vous propose ici une sorte de "best-of", une invitation aux lacs, à "mes" lacs, région par région.
The Pyrenees are not short in assets for pretending to be the finest mountains of Europe. Indeed, the range owns the highest forests in our continent, an exceptional variety of climates due to its orientation and location, as well as a geologic richness to which the most characteristic massifs owe so much.
On the opposite, if its last glaciers look poor compared to the Alps's Mer de Glace, they have left formerly in their escape the most beautiful present that the Pyrenees can offer us nowadays: the lakes.
Innumerable in the granitic regions such as the Encantats or the Néouvielle, they are also present in limestone areas, under more various and surprising forms.
From the most insignificant puddle to the "sea" of Cregueña, from the last woods to the austere lands of Lac Glacé, they speak to us through the landscape the reflect, each one with its own expression. If the Pyrenees were the sky of the night, Pyrenean lakes would be shine on it like the stars.
The Pyrenees are fascinating each of us on a special way. Few ones are seduced by the vertigo of its Dolomitic steepness. Some ones, lower, prefer savouring its authenticity and pittoresque rural charm. Few others go there simply for the pleasure of beeing together in the mountains.
Lakes exert on me the biggest admiration, sickness in which the Loch and Lochans from my stay in Scotland certainly have their part of responsability. If you would give me the choice between realize the cross of the range from East to West, to climb every of its 3000m peaks, or to visit all of its lakes, just like a certain Louis Audoubert did, through a three volumes photographic work, I would definitively choose the same challenge.
Anyway, the one on which I am employing my time is mixing summits, exploration an visits to the lakes, that I always try to associate in my excursions in the most prolific way. I offer you here a sort of beft-of, an invitation to the lakes, to "my" lakes, area by area.



Lac de Clarabide, Luchonnais
(Randonnée au Lac de Clarabide)
Lacs de Consaterre, Vallée d'Aure
(Randonnée au Pic de Thou)
Ibón de PLan, Massif du Cotiella
(Randonnée à la Peña de las Once)

Labrouche, 1883
Indéniable est le charme des puissant des petits lacs Pyrénéens: ils font battre le coeur, on les aime de tendresse. Que si la Suisse s'avise de protester, le petit touriste la cloue d'un mot superbe de Gascon: Pour qui veut faire grand nous avons mieux, l'Océan à un bout, et la Méditerranée à l'autre !


Estany des Monges, Encantats
(Randonnée à la Punta Alta)
Lac de Tort de Rius, Val d'Aran
(Randonnée au Tuc de Sarrahèra)

Schrader, Encantats, Juillet 1979
Partout du granite, partout des lacs, partout de la neige. Pyrénées après Pyrénées, vagues après vagues; c'est un océan de montagnes, monotone peut être au premier abord, car il y a trop de pics, mais singulièrement intéressant quant on l'étudie, et passionnant quent on en détermine pour la première fois les lignes et les formes.


Lac de Portet, Vallée du Marcadau
(Randonnée au Cardinquère)
Lacs d'Ayous, Vallée d'Ossau
(Randonnée au Pic d'Ayous)
Lac de Bordère, Vallée de Bareilles
(Randonnée au Pic du Lion)

Scrader, 1867, Lac de Sein, Posets
Subitement, un vaste lac aux eaux bleues et noires nous apparait, remplissant entièrement le fond du cirque. Nous nous arrêtons ravis de cette apparition que rien ne nous avait fait prévoir... Les vagues chantent comme un faible carillon entre les blocs sonores de granit; les roches dorées et les neiges se reflètent dans la partie abritée de la nappe d'eau. C'est si beau que nous nous décidons à passer la nuit au bord du lac.


Laquette dans le val des Aiguillous, Troumouse
(Randonnée au Pic de la Géla)
Lacs de Baroude, Vallon de la Géla
(Randonnée au Pic de Barossa)

Ramond, 1er Aout 1787
Ils (Reboul et Vidal) allèrent au sommet de Neige-Vielle-Caplongue, crête qui sépare les vallées de Pragnères et de Couplan. Ils prirent par le Lienz; ce qui les frappa surtout ce fut la multitude de petits lacs dont cette région est semée: du haut de la montagne ils se lassaient à les compter. Ils ne parvinrent point du reste au sommet le plus élevé, le Néouvielle.


Lac de Port-Bielh, lacs de Bastan, Néouvielle
(Randonnée au Pic de Bastan)
Gourg de Rabas, Massif du Néouvielle
(Randonnée au Pic d'Estibère)

Lacoste et Verdun, 1901, Pic de 4 Termes
Rien de plus désolant, de plus triste et de plus impressionnant à la fois que ces régions granitiques où seuls les vautours peuvent trouver un asile. Les monts et les crêtes déchirées, brisées, pulvérisées, s'écroulent et tombent en miettes. Ce ne sont de tous les côtés qu'amoncèlement de blocs, chaos, ruines gigantesques couvrant de leurs débris les bas-fonds et les flancs des montagnes. Aux bords seuls des lacs la vie fait tous ses efforts pour se montrer. Une herbe maigre et courte passe au dessus des interstices des rochers, des touffes de rhododendrons croissent ça et là, en enfonçant profondément leurs racines pour trouver leur nourriture. De loin en loin de rares pins, échappés par miracle à la tempête et aux avalanches, dressent vers le ciel leurs troncs noueux et difformes: leur sombre feuillage accentue encore la note de tristesse de toute cette contrée chaotique. Lorsque, l'été, la neige disparait complètement, que rien ne cache la navrante nudité de ces montagnes, le spectacle qu'elles nous offrent est d'une superbe sauvagerie.


Lac d'Arrédoun, Campana de Cloutou, Néouvielle
(Randonnée au Pic du Portarras)
Lacs d'Estelat, Turon de Néouvielle
(Randonnée au Turon de Néouvielle)

Russel, 31 Juillet 1875, Lac Millar, Posets
Devinez mon bonheur quand tout à coup, au beau milieu de ces déserts, je me trouvai, par une splendide soirée d'été, sur la rive Nord d'un lac si pur et si tranquille que près du bord je n'en voyais plus l'eau, mais seulement les abîmes et le fond ! Quel calme et quel silence ! On aurait entendu le vol d'un papillon... et j'étais seul... On admire plus alors, parce qu'on devient songeur... Ce lac, qui forme un carré long, comment l'appellera-t-on ? Que de couleurs, que de contrastes autour de lui ! Sur ses bords, des pelouses et des fleurs, où le granit roulait ses vagues sauvages. Au loin des pics désordonnés. Au Sud, partout, la neige... Sur l'eau quatre ou cinq îles de pierres et d'herbe; puis au milieu du lac un iceberg, un seul, fils égaré des glaces, perdu sur l'onde où il errait au gré de chaque zéphyr, cherchant à fondre ou à s'échouer. Il avait l'air si malheureux !... Et dans les nues que de splendeurs ! Au couchant, des colosses de vapeur et de feu où grondait sourdement le tonerre. Ces masses rouges ou plombées se miraient dans le lac, tandis que le soleil caché derrière leurs tourbillons dont il dorait les bords, jetait sur tout le reste du monde, mais surtout sur la neige, des reflets d'incendie. En vérité, c'était sublime.


Lac d'Aumar, Massif du Néouvielle
(Randonnée au Pic de Néouvielle)
Lac du Cascaret, Vallon d'Estibère, Néouvielle
(Randonnée au Pic d'Estibère)



Vous avez peut être aussi pu remarquer qu'un certain nombre de mes randonnées ne mènent pas à des pics mais à des lacs, pour des raisons diverses (imprévu météo, manque de fraicheur, objectif adapté à d'autres partenaires, ...)
N'hésitez pas à les voir, elles sont aussi intéressantes !
You might also have noticed that a certain number of my walks are not leading to peaks but lakes, for various reasons (unexpected weather change, lack of fitness, suitable aim for less fit partners, ...)
Don't hesitate to see them, they are as interesting !
Tossal de Mar
Lac de Mar
(Bronchite)
Lac de Clarabide
Lac de Clarabide
(Trop grosse rando)
Ibón de Anayet
Ibón de Anayet
(Risque d'orage)
Ibón Helado
Ibón Helado
(Trop de vent)
Estanys de Airoto
Estanys de Airoto
(Temps maussade)
Lacs de la Munia
Lacs de la Munia
(Avec une amie..)

Autres zones - Other areas

Retour à... - Back to...
Sommaire Pyrénées
Pyrénées Index